INTERVIEW BY BOOKS CRITICS

Caroline & Benjamin Karo : frère & sœur, écrivains & inséparables

Bonjour, Caroline et Benjamin une petite présentation de vous deux en quelques mots ?  

Caroline : Je suis la moitié intelligente du duo Karo et me sers principalement de mon frère comme d’un scrib bon marché.

Benjamin : Je suis la moitié modeste du duo Karo. J’essaye d’exister face à l’intelligence supérieure de ma soeur, et de lui apporter le café bien chaud.

Petite curiosité, vous êtes frère et sœur et si j’ai bien compté il y a six ans d’écart entre vous. Qui est l’aîné 

Benjamin : C’est elle la vieille ! Ce qui bien sûr me vaut de lui devoir le respect le plus absolu…

En lisant vos biographies, j’ai remarqué que plusieurs univers se mélangent comme la musique, le cinéma en passant par la mode et d’autres. Des univers relativement présents dans « 96, Tome 1 : la sixième corde » : est –ce que ce sont des univers que vous cultivez depuis toujours ou ils se sont imposés à vous dans un moment important de vos vies 

Benjamin : Me concernant, la musique et le cinéma sont présents depuis toujours dans ma vie. Petit, je passais mes journées à écouter de la musique, à regarder des films en boucle, et à jouer dans mon monde imaginaire. Musique et cinéma sont toujours les deux piliers absolus de ma vie actuelle puisque je compose des bandes originales de film, et écris romans et scénarii pour le cinéma. Si l’on ajoute ma chérie et la cuisine indienne, je crois qu’on a 96 % de ce qui occupe mes pensées. 🙂 

Caroline : La mode c’est juste dans mon adn. Je suis sûre que je suis née avec une paire de chaussures !   

D’ailleurs, en parlant de « 96, Tome 1 : la sixième corde » c’est un roman écrit par vous deux, un roman à deux voix. Qui a eu l’idée d’écrire ce roman ? Ou, avez-vous décidez cela ensemble 

Caroline : C’est Benjamin qui m’a présenté son idée de base, à la fin d’un week end que l’on avait passé à Londres. Cette idée m’a immédiatement convaincue et j’ai décidé de faire partie de l’aventure, qui n’en était pas une encore, à ce moment là.

Benjamin : Et comme je n’ai jamais eu le droit de lui dire, non … Et bien elle est là ! 

Plus sérieusement, cette idée de voyage vers les ex femmes de la vie d’un homme m’ai apparu comme une évidence, parce que je voyais tout autour de moi, pas mal d’amis qui se débattaient dans des histoires d’ex. Je crois que c’est une tare plutôt masculine, mais j’avais à ce moment là presque 90 % de mes connaissances qui étaient en train de vivre un adultère d’ex ou qui l’avait déjà fait. Cette question chez les hommes trentenaires étant une affaire qui concerne un nombre tellement incroyables de mâles;  que j’ai décidé  d’investiguer plus avant pour en faire une synthèse utile.

Caroline : Du coup on a mis carte sur table de tous ce que l’on connaissait de ce genre de situations, on y a ajouté nos propres expériences et on a décidé d’en faire un acte ouvert, un acte de confiance entre deux adultes matures émotionnellement,  qui s’aiment. L’histoire d’Arnaud et Emma en somme.

Benjamin : J’ai toujours fait partie des hommes qui pensent que l’amour ne s’éteint jamais. Soit il était vrai et il brulera jusqu’à la fin (même sans qu’il n’y ai la moindre relation à vivre ou le moindre contact entre 2 personnes), ou alors il était faux et son mensonge se révèle au bout d’un certain temps. Partant de cette idée je trouve ridicule de dire à la femme que l’on aime, que tous les sentiments du passé sont derrière, qu’il n’existe plus aucun lien entre les femmes de son passé et lui. Pour moi l’amour est un canal que l’on ouvre et qui ne se referme jamais. Après tout l’amour ça ne tâche pas. Par contre il est évident que cela ne fonctionne que si l’on sait faire la différence entre la personne que l’on a pu être à ces moments là de notre vie et celle que l’on est maintenant. Si l’on est encore la même personne qu’à l’époque, je pense que cela pose un sérieux problème, et c’est ce que vivaient mes potes, en ne s’étant jamais vraiment posé la question d’ailleurs.

 Caroline : Dans notre histoire Arnaud, qui a mis un oreiller bien utile sur ces questions depuis qu’il vit avec Emma, accepte la proposition de cette dernière de le retirer et de régler ce qui doit l’être, pour éviter de se balader dans le futur avec une grenade dégoupillée dans la poche.

Benjamin : Arnaud aurait pu jouer le lâche, en jurant la main sur le coeur que tout était bien derrière lui, mais il sait que le mensonge lui coutera plus cher que la vérité  un jour ou l’autre. Il accepte donc, malgré tous les risques que cela peut représenter pour son couple si précieux. Si beaucoup d’hommes et de femmes en faisaient de même, il ne se retrouveraient sûrement pas dans des situations de couples si compliquées.

 Racontez-nous ! Pourquoi avez-vous ressenti le besoin d’écrire un livre 

Caroline : J’ai ressenti l’envie d’écrire il y a un moment maintenant, mais j’avais d’autres occupations, d’autres « métiers ». En plus il est toujours difficile de se lancer dans un domaine créatif si particulier. On sait bien que tous ceux qui écrivent ne sont pas écrivains pour autant même s’ils pensent peut être le contraire, et je ne voulais pas faire partie de ceux là.

Benjamin : J’écrivais déjà de mon côté. Mais de la science fiction et dans un registre global totalement différent. Quand Caroline a montré de l’intérêt pour cet embryon de roman, j’ai suivi le mouvement et je me suis fait extrêmement plaisir a surfer la vague aux côté de ma soeur.

Et, pourquoi avec un tel sujet ? Parce que dans «  96, Tome1 : La sixième corde », on parle de tout finalement : du passé, du présent et du futur, avec les personnes qui ont le plus compté pour nous. Est-ce une remise en question de vos vies respectives ? Ce livre marquerait-il un tournant entre ce que vous avez vécu jusqu’à maintenant et ce qu’il vous reste encore à vivre 

Caroline : Personnellement ma situation de vie est beaucoup plus simple et confortable que celle de nos personnages. Par contre il était important pour moi de ne pas écrire un roman monocentrique. LA romance oui, mais avec tout ce qui existe à côté dans la vraie vie. Le monde ne nous a pas attendu pour répéter ce que d’autres ont dit mille fois avant nous. Alors soit on était 2.0 soit on continuait à faire d’autres métiers.

Benjamin : Je pense que j’ai opéré cette bascule il y a quelques années maintenant. Mais j’ai du faire le travail qu’Arnaud fait dans le livre, oui. Pour aller dans le sens de ce que dit Caroline, on a déjà au moins une demie douzaine de romans que l’on a scénarisé et que l’on veut écrire, mais on ne fera pas ce que les autres ont déjà fait, ça n’a aucun sens. Par exemple, « 96 », qui est (comme tout roman ou presque) à destination des femmes, est pourtant amputé de tous les codes les plus évidents pour se mettre les lectrices dans la poche. 

J’avais notamment observé ce phénomène en parfumerie par exemple, chez le créateur Serge Lutens qui a décidé dans tous ses parfums de couper entièrement la note de tête, pour que les client plongent directement dans la note de coeur et plus tard dans la note de fond. C’est une démarche très risquée car c’est justement la note de tête qui (dans les parfums de chaine) attrape le consommateur par les narines et fait acheter ces parfums qui n’en sont pas. 

Caroline : Et bien nous on a fait un peu pareil, puisqu’on a coupé toute identification possible de la lectrice avec une héroïne, puisqu’il s’agit: d’un héros dans une romance.

Benjamin : Mais si on a retiré, on a aussi offert. C’est le deal de notre roman : Venez mesdames pénétrer la tête d’un homme, et venez également là où vous n’avez pas le droit d’être d’habitude : spectatrice invisible assise dans la voiture d’une virée entre potes. 

Caroline : Une double immersion en terre inconnue pour nous les femmes.

 Arnaud, le personnage principal, vous ressemble-t-il ? En tout cas, par son métier, il ressemble à Benjamin, mais est-ce qu’il a, votre style Caroline ?

Caroline : Comme c’est un homme, il est évident qu’il aura plus de Benjamin que de moi, par définition. Mais aucune réaction, aucune tournure de phrases, aucun sujet n’a pas reçu notre double vision.

Benjamin : Toute la difficulté à l’inverse à été de ne pas rendre trop féminin ce personnage principal, sinon on trahissait totalement la promesse faite aux lectrices. 

Caroline : Le problème de la double plume, en ce cas, c’est que l’on craignait que les gens se disent : Ce mec sensible est bien féminin ! C’est parce qu’ils sont deux à écrire : un homme et une femme.

Benjamin : Alors qu’en fait ce héros est juste comme pas mal d’hommes dont on ne peut d’ordinaire simplement pas pénétrer les pensées. Les lieux communs font des hommes des Cro-Magnons et les filles des hystériques. Ici on prouve que les hommes sont sensibles et réfléchis, mais aussi, par moment hystériques, là où les femmes sont réfléchies et plus apaisées.  

Parce que finalement, Caroline on vous connaît assez peu, voire pas du tout… Comment vous retrouve-t-on dans ce livre ?

Caroline : Déjà par toutes les interventions féminines, ce qui resprésente quand même, quelques personnages dans la sixième corde. Mais aussi pour tout ce qui est graphique par exemple. Ensuite, il y a tout le scénario, analysé à la loupe et tissé par nos deux plumes.

Benjamin : Caroline à décidé seule par exemple  de tout ce qui se « voit «  dans le livre. Mais je recoupais derrière parce qu’une fille ne regarde pas les même détails qu’un homme et n’a pas le même vocabulaire, ne serait-ce que pour les vêtements par exemple.

En tant qu’auteurs, que ressentez-vous lorsque vous recevez une chronique positive ou négative d’un(e) blogueur (se) ou d’une personne qui a acheté votre livre 

Caroline : En fait je pensais que je ressentirais de la fierté en lisant une belle chronique, mais ce n’est pas tout à fait le cas. J’ai juste l’impression que l’on s’est fait un nouveau pote et que cela élargit notre entourage bienveillant.

Benjamin : Comme on a écrit un roman miroir, les gens pensent juger une oeuvre alors qu’ils ne jugent que leur propre reflet. La double immersion que l’on propose, permet de juger, d’une le petit groupe, ses excès, ses futilités, ses arrogances, et de deux de juger l’homme qu’est Arnaud. Puisqu’en voyant défiler ses pensées les plus inavouables, vous pouvez être, compatissant, bienveillant, tolérant, ou alors assassin. Mais vous êtes le seul à faire ce travail.

Caroline : Et au final vous n’aurez fait que définir le juge que vous êtes face à votre propre capacité à l’Humanité. Pouce en l’air ou pouce vers le bas. 

Benjamin : A l’inverse quand se sont des chroniques négatives, il faut séparer deux groupes bien distincts. Celles qui disent, désolé j’ai senti depuis le début que ce n’était pas mon truc. Auquel cas on leur répond et bien, je vous comprends forcément, parce que moi par exemple on ne me fera jamais lire un roman de vampire, je déteste ça. Et celles qui sont totalement malhonnêtes au point de raconter n’importe quoi sur le roman et sur ce qui s’y déroule, et à qui on explique le plus gentiment possible, qu’elle n’ont rien compris et que c’est dommage parce que déverser leur haine ou leur imbécilité ne fait que définir ce qu’elle sont et non l’oeuvre. Toujours dans cette idée de miroir.

Côté lecteurs « anonymes » nous n’avons que de fantastiques retours, donc c’est plus simple à vivre. On explique alors que l’on est en rien responsable du bon moment, que les lecteurs se fabriquent tout seul, et que nous n’avons fait qu’organiser les conditions d’un possible bon moment. 

Caroline : Pour les lecteurs lambdas, avec Amazon on peut lire déjà 3 chapitres du livre gratuitement donc je pense que ceux qui l’achètent savent où ils mettent les pieds, et que c’est pour cela que l’on a tant de bon retours de lecteurs, à la différence des chroniqueuses où l’on a volontairement voulu tester le roman sur tous les publics y compris ceux qui ne lisent pas de romance.

 Si la chronique est négative, en tirez-vous des leçons 

Caroline : On a jamais réussi encore à tirer la moindre leçon d’une mauvaise chronique. Parce que quelqu’un qui vous dit : ton truc est ce qu’il est, mais moi ça m’intéresse pas, c’est pas hyper enrichissant. Et celles qui racontent n’importe quoi sur le livre parce qu’elle n’ont rien compris et décident de mentir idem.   

Benjamin : Par contre il y a parfois dans les bonnes voir les excellentes chroniques, de minuscules points de détails qui nous font changer des virgules. Enfin façon de parler… 

Caroline : On a du ajouter une dizaines de lignes au total, pour aller dans le sens des lecteurs quand cela ne dénaturait en rien notre intention et que cela pouvait rassurer.  On profite du principe de la pré sortie pour cela, ajuster les 2% qui ne sont peut être pas exactement ce que nous voulions qu’ils soient, du point de vue des lecteurs.

Une avant dernière question…Avez-vous une ou plusieurs anecdote(s) à nous raconter sur vous ou sur votre livre ? 😉 

Benjamin : On raconte beaucoup d’anecdote sur nous, DANS, le livre déjà 🙂

Caroline : Une petite quand même. L’un de nos amis qui s’est reconnu bien étrangement dans l’un de nos personnages ne voit personne d’autre que lui pour incarner ce personnage au cinéma ! Bien sûr je ne vous dirai pas de qui il s’agit 🙂 

Dernière question, enfin c’est plutôt un petit jeu. Avant de commencer, le petit jeu, j’aimerais savoir ce que vous pensez de la musique actuelle ? Voici, le petit jeu : j’ai sélectionné dans mon Ipod, 10 morceaux de musique que j’apprécie énormément, et j’aimerais savoir ce que vous ressentez au moment où vous les écoutez : si vous les aimez ou non ? Pourquoi ? Si vous les connaissez ?

Eat The Rich – Aerosmith : https://www.youtube.com/watch?v=o-0lAhnoDlU

Benjamin : Comme ça, je pense à RMC info, puisqu’ils ont fait tout leur habillage jingle avec ce titre pendant des années.

Caroline : Moi ça me fait pensé à Disney Studio avec l’attraction Rock n roller coaster, construite  autour de l’image de ce groupe.

Requiem For A Dream – Clint Mansell : https://www.youtube.com/watch?v=yVIRcnlRKF8

Caroline : Ça me rappelle forcément ce film donc ambiance glauque !

Benjamin : Ça me rappelle qu’une fois j’ai été en concurrence musicale face à cet homme : Clint Mansell (que je vénère et qui est un de mes maîtres), mais que j’ai battu 🙂

Monsoon – Jack Johnson : https://www.youtube.com/watch?v=P9vE7EO0r30

Caroline : Un bar à cocktails à L.A.

Benjamin : Pas mieux !

Leave Out All The Rest – Linkin Park:   http://www.linkinpark.com 

Benjamin : le skate park de Venice beach 

Caroline : Pas mieux !

Can’t Stand It – Never Shout Never https://www.youtube.com/watch?v=jIkBH5k03Ug

Benjamin : Ne me demandez pas pourquoi mais je pense à Marry à tout prix.

Caroline : Moi ça me rappelle un peu June island. Je pourrais le mettre dans ma playliste!

Benjamin : Vite fait alors … Je précise que c’est un groupe de musique pour lequel je travaille 

All the Right Moves – One Republic : https://www.youtube.com/watch?v=qrOeGCJdZe4

Benjamin : Ça me rappelle que j’ai vieilli.

Caroline : Et moi donc 

Dear Mister President – Pink : https://www.youtube.com/watch?v=1f8S5u01E0Y  

Benjamin : Je me dis que JJ Goldman doit se retourner dans sa tombe.

Caroline : Mais il n’est pas mort tu sais ! 

Snow –Red Hot Chilli Peppers https://www.youtube.com/watch?v=yuFI5KSPAt4

Benjamin : Cela me fait penser à Cliff Martinez qui a été batteur de ce groupe avant d’être un des meilleurs musiciens de BO de film au monde.

Caroline : Encore à L.A désolée 🙂 Ça met la patate !

Demons – Imagines Dragons : https://www.youtube.com/watch?v=mWRsgZuwf_8

Caroline : C’est pas Coldplay ça ?

Benjamin : Chuttt tais toi, ils n’avaient rien vu !

I was here – Beyoncé : https://www.youtube.com/watch?v=i41qWJ6QjPI

Benjamin : Que soi disant son prénom est d’origine française mais que je n’en ai encore jamais croisé moi de Beyoncé !

Caroline : Que tu n’a jamais joué devant autant de monde hein frérot 

(Une petite dernière, pour la route ;)) Dès que j’te vois – Vanessa Paradis : https://www.youtube.com/watch?v=CDt14uZDfTo 

Caroline : Très vrai ! j’adore Vanessa !

Benjamin : Et moi je cherche toujours en vinyl son album : Bliss.